CELLULE USAGERS COVID-19

illustration CELLULE USAGERS COVID-19
publié le 20/11/2020

Dans une logique d’association toujours plus forte de nos patients, une cellule usagers COVID-19 a été mise en place et se tient chaque semaine à l’hôpital de Cannes- Simone Veil afin de répondre aux questions que nos patients et usagers se posent :

Questions / Réponses :

Q : Les consultations externes et les interventions programmées sont-elles maintenues ?

R : L’hôpital de Cannes est passé au palier 4 de soins critiques avec 11 lits de réanimation dédiés Covid. L’ARS nous a demandé de procéder à des déprogrammations afin de prendre en charge les patients Covid. C’est une déprogrammation différente de celle de la 1ère vague, car l’objectif pour nous est de maintenir au maximum nos activités non-Covid. Les interventions urgentes, non différables, notamment la cancérologie, les IVG, mais aussi la prise en charge des pathologies chroniques et toutes les pathologies pour lesquelles un report constituerait une perte de chance sont assurées.
En chirurgie, la cellule de programmation du conseil de bloc fait un point quotidien sur la possibilité de maintien ou non des interventions. Nous avons une activité chirurgicale bien supérieure à celle de la 1ère vague.
Lors de la programmation d’une intervention, nous demandons systématiquement à nos équipes d’informer le patient sur l’évolution de la situation et sur la possible annulation de dernière minute liée au plan blanc. En revanche, nous insistons sur le fait que ce n’est pas au patient de se déprogrammer lui-même.

Notre message clef : Si nos équipes ne vous contactent pas pour vous informer de l’annulation de votre rendez-vous, celui-ci est maintenu ! Nous ne sommes pas dans une déprogrammation massive. L’hôpital reste pleinement mobilisé pour les prises en charge non-Covid.

Juste avant les mesures de reconfinement national, nous avions atteint un volume d’activité important, qui approchait notre volume initial d’avant la crise. C’est satisfaisant pour nous. Cela montre que nous avons la capacité de remonter en charge dans des délais assez courts.

Q : Les opérations de la cataracte sont-elles maintenues ou différées, est-ce considéré comme une intervention urgente ?

R : Cette intervention n’est pas considérée comme une intervention urgente. Cette semaine, nous avons une partie des interventions de la cataracte qui a été annulée et une partie maintenue. L’équipe médicale d’ophtalmologie, sous la houlette du Dr PAYAN, fait un point quotidien sur les interventions prioritaires selon les profils des patients.

Q : Si l’hôpital de Cannes est confronté à une montée en charge supplémentaire, comment y faire face ?

R : Sur la réanimation, nous avons activé le palier 4 et nous nous apprêtons à activer le palier 5. Nous avons transformé les lits de surveillance continue en lits de réanimation. Nous avons maintenu les lits de soins intensifs neurovasculaires pour toute la filière AVC. Nous avons augmenté très significativement notre capacitaire de réanimation.
Avant la Covid, nous avions 8 lits de réanimation, 4 lits de surveillance continue, et 4 lits d’unité de soins intensifs neurovasculaire. Aujourd’hui, avec notre palier 4, nous avons 11 lits de réanimation Covid, 4 lits de réanimation non

Covid qui se trouvent dans la salle de réveil du bloc opératoire, et 2 lits d’unité de soins intensifs neurovasculaires. Le palier 5 permettra de passer à 14 lits de réanimation Covid.
Cette augmentation de capacité est importante pour nous et pour la région PACA, qui est en grande difficulté notamment dans les départements du Vaucluse et des Bouches du Rhône. Elle peut nous permettre d’accueillir des transferts de patients en provenance d’autres établissements de la région PACA ou même d’une autre région.

Q : Comment est organisé le dispositif de filtrage à l’entrée de l’établissement ?

R : Nous avons mis en place un filtrage qui est réalisé à l’entrée de l’établissement avec un agent de sécurité qui vérifie le motif de venue des personnes, le port du masque obligatoire, et veille à la désinfection à la solution hydro alcoolique. Seule une consultation ou une prise en charge médicale permettent l’accès au bâtiment.

Cet agent de sécurité est présent de 8h à 18h 7J/7. En dehors de ces horaires, les portes d’accès au bâtiment principal sont fermées et l’accès est possible par l’intermédiaire de la borne d’appel, en lien direct avec les services.

Pour une prise en charge médicale urgente, l’accès se fait par le service d’accueil des urgences.

Nous avons renforcé notre dispositif de sécurisé pour l’accès au bâtiment ; dans le cadre du plan Vigipirate niveau d’alerte attentat. Les accès extérieurs sont restreints et, en dehors de l’accès aux urgences, sont fermés à partir de 19H.
Les accès au site et au bâtiment sont contrôlés et sécurisés, y compris pour l’accueil des patients en situation d’urgence.

Q : Quelles sont les conditions de visite aux patients hospitalisés ?

R : Depuis le 14 septembre, les visites ne sont plus autorisées. Des exceptions sont délivrées par l’équipe soignante, sur accord du médecin, et concernent notamment les patients en fin de vie, les situations palliatives et les situations particulières telles que la présence d’un accompagnant la nuit en pédiatrie. En maternité, 1 personne accompagnante est autorisée lors de l’accouchement et durant l’intégralité du séjour hospitalier.

Q : Quelles sont les conditions d’accès aux consultations ?

R : Les consultants doivent passer par le filtrage à l’entrée du hall de l’établissement, à l’exception des urgences et de la gynécologie qui ont un accès direct en façade. Pour permettre le respect des mesures barrières, nous avons réduit le nombre de consultants que l’on accueille sur une tranche horaire. Cela permet d’assurer une présence physique limitée de personnes dans les salles d’attente. Le programme d’accueil en consultation a donc été allégé, ce qui explique quelques déprogrammations. Dans les salles d’attente de consultation, il y a condamnation d’un certain nombre de sièges pour que les patients soient à distance les uns des autres.
Nous avons mis en place depuis plusieurs mois des bornes d’accueils, dans le hall et sur certains accueils décentralisés comme en ORL/OPH qui permettent de s’enregistrer automatiquement sans devoir passer par le bureau des entrées pour effectuer ses démarches administratives. Toutes les zones de consultations, les ascenseurs, les lieux de passage sont désinfectés plusieurs fois par jour.

Le port du masque est obligatoire pour tout le monde au sein de l’établissement.

Aucun accompagnant n’est autorisé pendant la consultation, sauf exception. Nous autorisons l’accès à un accompagnement, lorsqu’il y a véritablement un besoin d’accompagnement (une personne âgée, un mineur etc…)

Q : Les patients qui viennent aux urgences sont-ils systématiquement testés ?

R : Tous les patients qui sont hospitalisés, quel que soit le service, sont testés.
Les patients qui viennent aux urgences et qui bénéficieront d’une prise en charge en ambulatoire ne seront testés que si leur état de santé le nécessite.
Afin d’assurer pour tous une prise en charge sécurisée, nous avons réorganisé nos urgences en deux secteurs distincts, permettant une prise en charge rapide des patients non Covid.

Q : Peut-on se déplacer librement au sein de l’établissement ?

R : Non, les patients doivent respecter le circuit allant du hall de l’établissement, au point de prise en charge médicale.

Q : Et concernant les Ehpad Simone Veil et Isola Bella… ?

R : Nos EHPAD Simone Veil et Isola Bella ont été, jusqu’à présent, épargnés par les contaminations Covid. Dès le début du mois de mars, nous avons mis en place des mesures restrictives et prudentielles concernant les visites des résidents. A ce jour, notre organisation permet la poursuite des visites mais dans un cadre sécurisé. Des campagnes de dépistage sont régulièrement organisées, pour nos résidents et nos professionnels.
Sur l’Ehpad Simone Veil, nous ne comptabilisons aucun cas de résident contaminé par la Covid, et sur l’Ehpad Isola Bella, nous avons comptabilisé un résident au mois d’août.
Dès la semaine dernière, nous avons commencé la campagne de dépistage antigénique sur l’Ehpad Isola Bella.

Q : Les patients hospitalisés en psychiatrie accèdent-ils facilement à la PEC Covid ?

R : Les patients qui sont accueillis au titre de leur pathologie psychiatrique et qui sont Covid positifs, sont maintenus en psychiatrie. Aujourd’hui, nous avons deux patients hospitalisés en psychiatrie qui sont atteint de la Covid.
Nous privilégions la prise en charge spécialisée de ces patients, dont la pathologie principale n’est pas en rapport avec l’infection Covid, dans le service de psychiatrie.

Nous avons formé nos professionnels à la prise en charge Covid. Notre équipe opérationnelle d’hygiène a formé plus de 900 professionnels depuis le mois de mars.

Q : L’hôpital de Cannes absorbe –t-il une augmentation de prise en charge en santé mentale liée au Covid ?

R : Nous n’avons pas suffisamment de recul aujourd’hui pour répondre précisément à cette question.

Q : Peut-on avoir accès facilement à une prise en charge psychiatrique en dehors d’une hospitalisation ?

R : Lors de 1ère vague, il y a eu maintien de consultations à distance et des visites à domicile pour les patients psychiatriques, néanmoins nous avions fermé l’extra hospitalier.
Aujourd’hui, notre objectif est de ne maintenir l’extra hospitalier ouvert et de préserver au maximum ce dispositif.

Q : Comment est vécu cette 2nd vague par le personnel soignant ?

R : Nos équipes sont extrêmement mobilisées. Nous n’avons pas de sur-absentéisme nous mettant en difficulté et nous empêchant de poursuivre la prise en charge des patients.

Q : Est-ce que vous avez eu besoin aux étudiants IDE ou retraités ?

R : Nous avons eu recours à des soignants en promotion professionnels, notamment en école des cadres qui sont revenus au sein des services, et nous avons fait appel à des étudiants IFSI et des retraités pour renforcer nos équipes.

Retour à toutes les actualités